Jump to content
j94

[AJ] Lamine Sané

Recommended Posts

je me permets de mettre le corps de l'article de ton lien pour avoir quelques informations directement sur ce joueur

 

FOOTBALL, IMPACT MONTRÉAL - BORDEAUX. Titulaire ce soir dans le match amical face au club canadien, le défenseur central vit un rêve de gamin, lui qui, il y a deux ans, jouait encore avec Lormont en DH

 

Girondins : Lamine Sané sans complexe

 

Lamine Sané avec son aîné Marouane Chamakh, en touristes dans les rues de Montréal (photo tv)

 

Son perpétuel sourire, cette complicité de potache qu'il partage avec Marouane Chamakh trahissent l'évidence de son bonheur. À Montréal, Lamine Sané savoure chaque minute de son quotidien, avec la sensation divine et légère de vivre son rêve d'enfant le plus inaccessible. Peut-il être plus heureux, ce jeune Lormontais de 22 ans, devenu en quelques semaines, à la fois joueur professionnel et protégé de Laurent Blanc ?

 

Sa chance fut de séduire par deux fois l'entraîneur des Girondins. La première en janvier dernier, lorsqu'il fut convoqué depuis l'équipe de CFA pour rejoindre le groupe pro et compenser à l'entraînement la blessure de Marc Planus. Blanc apprécia les qualités et l'investissement de ce grand défenseur central (1, 90 m), dont la frêle silhouette cachait de belles dispositions pour le poste, avec une vitesse de course plutôt rare, une bonne relance et un certain sens du but. Il lui proposa un contrat pro de trois ans. « Quand mon agent m'apprit la nouvelle, j'ai eu les larmes aux yeux », révèle-t-il. « Je ne m'y attendais pas. »

 

Impeccable à Dinard

 

La deuxième chance surgit à Dinard, lors du premier stage. Fier de son nouveau contrat, Sané espérait convaincre Blanc de le conserver dans l'effectif et non pas de le prêter, comme la plupart des autres jeunes pros. « En partant en Bretagne, je me suis dit que j'avais une carte à jouer. Je me suis donné à fond. Je crois que ce fut positif », se réjouit-il. Ce le fut. Au retour de Bretagne, Laurent Blanc annonça qu'il avait trouvé dans son groupe l'un des deux défenseurs centraux qu'il recherchait.

 

C'est ainsi que Lamine Sané se retrouva dans l'avion pour Montréal, dans la peau d'un joueur pro appelé à jouer championnat et Ligue des champions. Impensable pour ce garçon qui, il y a encore deux ans, n'était qu'un défenseur inconnu, titulaire d'un emploi jeune au foyer de Lormont (Gironde), se produisant le dimanche en Division d'Honneur.

 

Lormont, c'est là qu'il avait débuté, affirmé ses aptitudes pour le poste de défenseur central. « Au départ, j'ai été formé comme arrière latéral, explique-t-il, mais comme j'ai grandi d'un coup, on m'a placé dans l'axe pour la qualité de mon coup de tête. » Le Stade Bordelais, puis Agde dans l'Hérault s'offrirent ses services. Mais, face à un avenir incertain et des espoirs de professionnalisme en berne, il rentra très vite à Lormont. « Je suis revenu pour le plaisir. Pour retrouver les copains et jouer le dimanche. »

 

Essai à Sochaux

 

Mais le talent demeurait. Sa réputation, en ce printemps 2008, franchit les frontières de l'Aquitaine. Supervisé par le FC Sochaux, il partit deux mois dans le Doubs. « Francis Gillot me voulait mais souhaitait me prêter en Ligue 2 », explique-t-il. « Je suis rentré car les Girondins se sont alors manifestés. Ils m'avaient vu jouer contre Langon. J'ai effectué un essai de deux jours au Haillan. »

 

Patrick Battiston, convaincu, l'intégra au centre de formation en juin 2008. Mais le Lormontais traversa des moments délicats. « J'ai effectué la préparation, mais au moment de reprendre le championnat avec la CFA, je me suis donné une blessure de trois mois. J'ai repris contre Libourne en amical. Je me suis re-claqué. Je n'ai pu reprendre qu'au mois de janvier. »

 

On sait ce qu'il advint et l'on put se convaincre de son talent, dans ce match amical contre Toulouse où ce gaillard, impeccable en défense, s'offrit un contre d'école, que n'aurait pas renié Souleymane Diawara. « Souley est quelqu'un que j'admire », affirme-t-il. « Il m'a pris en main, donné beaucoup de conseils. Je sais que je suis loin de son niveau et qu'il me faut progresser. »

 

Auteur : thierry vautrat

Share this post


Link to post
Share on other sites

Petite question: Je lis Lamine et/ou Ludovic.

 

Quel est son prénom? ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je croyais avoir vu que Ludovic était le prénom de son frère qui passait un essai aux girondins cet été. Je me trompe ?! En tout cas, ce qui est sûr, c'est que son prénom est Lamine.

Share this post


Link to post
Share on other sites

salut.

c'est simple il a deux prénoms, lamine (sénégalais) et ludovic.

 

:)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il s'appelle effectivement Lamine Ludovic mais on l'appelle Lamine tout court !!

J'espère le voir à l'œuvre le plus rapidement possible en tout cas !!

Le deuxième défenseur que Blanc voulait, je pense que c'est lui !!!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

SUD OUEST de ce matin

 

GIRONDINS DE BORDEAUX. Auteur d'une solide prestation contre Osasuna, le Lormontais a prouvé qu'il était digne de confiance

 

Les belles promesses de Lamine Sané

 

c2f563d4f3.jpg

 

Sané a livré un bon match au poste de sentinelle.

Lamine Sané a l'oeil pétillant mais un sourire qu'il réprime un peu. Sans doute éprouve-t-il au fond de lui-même l'envie de clamer son bonheur, de crier le plaisir qu'il vient de prendre dans cette partie amicale joliment menée face à Osasuna. Bien sûr, les Girondins, évoluant à dix pendant une heure, ne sont pas parvenus à s'imposer face à leurs rivaux basques. Mais lui sait qu'il vient de réussir une prestation remarquée sous les yeux de Laurent Blanc.

 

Le jeune homme de Lormont joua en effet un match solide, propre et appliqué pendant une demi-heure au poste de sentinelle, celui qu'occupe d'ordinaire Alou Diarra juste devant la défense. Et il se montra tout aussi convaincant lorsqu'il évolua en latéral droit, lorsque Jurietti fut expulsé.

 

La polyvalence de celui que l'on catalogue comme un défenseur central, sa volonté exemplaire de jouer sans se ménager constitua l'une des principales satisfactions de la soirée landaise. Comme cela avait déjà été le cas lors de la rencontre amicale face à Toulouse à Agen où sa détermination, sa façon d'aller vers l'avant sans complexe apporta une fraîcheur bienvenue à l'ensemble.

 

Blanc séduit

 

L'idée de lui confier le rôle de sentinelle paraissait naturelle et Laurent Blanc s'en félicita. « Comme je ne disposais ni de Diarra, ni de Fernando, j'étais curieux de voir ce que Lamine pouvait réussir à ce poste », expliqua-t-il avant de remonter dans le bus. « Le seul problème, c'est qu'on ne l'a vu qu'une demi-heure. Mais pendant cette demi-heure, il a été très bon. C'est à méditer. Si nous avons un coup dur à ce poste, il nous offre une solution intéressante. »

 

Lamine Sané savait ce qu'on attendait de lui. Sobre et efficace, il sut saisir sa chance dans un rôle dont il connaissait déjà les exigences. « Cela ne m'a pas posé trop de problèmes car si j'ai été formé au poste de latéral, on m'a très vite utilisé en milieu défensif », explique-t-il. « J'aime beaucoup évoluer en 6, comme je le fais de temps en temps en CFA. Là, j'ai respecté les consignes de Laurent Blanc. Il s'agissait de jouer simple. C'est ce que je me suis efforcé de faire. Il est juste dommage que nous ayons dû jouer à dix. Mais au moins avons-nous pu accumuler de l'expérience. »

 

Diarra l'exemple

 

Le jeune homme, dont l'état d'esprit largement positif avait beaucoup plu autant à Dinard qu'à Montréal, sait qu'il a marqué des points. Pour autant, il ne revendique rien, car il sait mesurer tout ce qui le sépare encore des meilleurs. « Diarra, c'est un exemple », admet-il modestement. « J'ai encore beaucoup de progrès à accomplir pour espérer lui prendre la place. »

 

Il n'en est évidemment pas là, lui qui n'a encore jamais été convoqué dans le groupe pro cette saison et doit chaque week-end se produire avec l'équipe réserve. « Il faut en passer par là, c'est tout à fait normal », affirme-t-il. « Je ne suis qu'un jeune pro. Beaucoup d'autres l'ont fait avant moi. J'accepte totalement de faire la navette. »

 

Ce n'est sans doute que temporaire. Au rythme où il franchit les étapes, il pourrait bien devenir très vite indispensable.

 

Auteur : Thierry Vautrat

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'aurais bien aimé voir le match. Mais à en croire les différentes analyses, il a fait un super match ! Je savais depuis que je l'ai vu joué en amical que ce mec avait beaucoup de talent et qu'il pourrait nous être utile en cas de coup dur. Belle mentalité, bon physique, assez technique et polyvalent. Vraiment une bonne recrue complémentaire :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour avoir vu le match je ne peux effectivement que confirmer ce que Sud Ouest a écrit dans l'édition de ce jour et te faire regretter Carman01 de n'avoir pas vu le match car rien que pour ce joueur que je voyais jouer pour la première fois je n'ai pas regretté le déplacement : les Girondins tiennent là un sacré espoir qui pourrait très vite cofirmer son potentiel sur d'autres postes que défenseur central pour moi.

D'abord en 6 pendant 30 minutes puis en latéral (je ne savais pas avant de lire l'article de ce jour qu'il avait eu une formation à ce poste) droit le reste du match,

il a évolué devant moi toute la deuxième mi-temps et malgré sa grande taille il a tenu ce poste de latéral avec beaucoup de qualité: tant au niveau défensif qu'offensif avec une pointe de vitesse (il a de grandes jambes le bougre) intéressante et une qualité de centre qui ne l'est pas moins (JEMMALI sors de ce corps...).

Vraiment plutôt qu'en pur défenseur central où il manque aujourd'hui de quelques kilos comparé à CIANI ou HENRIQUE,

il se pourrait que de soir sur les deux poste de 6 et de 2 qu'il puisse se faire une place en pros en tout cas il a rendu vendredi soir une copie plus que propre et vraiment prometteuse ... jusqu'à jouer samedi contre Grenoble à la place de CHALME?

BLANC tranchera mais moi je ne serai pas surpris de le voir très vite avoir du temps de jeu avec les pros...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci de nous dire ca Sass car je l ai jamais vu jouer... Ca serait bien qu il joue samedi car Jurietti...bof; et contre Grenoble il ne devrait pas y avoir énormément de dangers, donc pour une premiere titularisation en ligue 1 pourquoi pas. Comme quoi le recrutement "de masse" n est pas imperatif a Bordeaux avec notre centre de formation. Vivement que Saivet joue... dsl pour le hs

Share this post


Link to post
Share on other sites

Football, LdC, Interview, L. Sané

 

«Quelque chose de grand»

 

Quelque-chose-de-grand_actus.jpg

Lamine Sané attend avec impatience sa première titularisation en Ligue des Champions (DPPI)

 

 

C’est un groupe rajeuni qu’a décidé d’emmener avec lui Laurent Blanc à Haïfa. Passé professionnel l’été dernier, le jeune Lamine Sané devrait être titulaire mardi soir. Interview de ce jeune défenseur central repéré en Division d’Honneur.

 

par Kévin Laborde, le 07-12-2009

Notre correspondant à Bordeaux

 

Vous avez fait vos premiers pas en Ligue des Champions à Munich, vous êtes régulièrement dans le groupe également, mais on ne sait toujours pas quel est votre prénom…

Lamine Sané : (ndlr : Rire) C’est Lamine ! Mon prénom «officiel» c’est Ludovic, mais depuis tout petit on m’appelle Lamine et je préfère garder ce prénom.

 

Plus sérieusement, avant de vous envoler à Haïfa, c’est l’impatience de jouer qui prédomine ?

Lamine Sané : Oui, c’est ce que j’attends depuis le début de saison. J’ai déjà eu la chance d’entrer en fin de match contre le Bayern, là-bas, mais j’attends vraiment ma première titularisation avec impatience, pour pouvoir m’exprimer sur le terrain.

 

Laurent Blanc vous a-t-il déjà signifié que vous seriez titulaire ?

Lamine Sané : Non pas encore, mais il avait dit après le match contre la Juventus que ce serait les jeunes et ceux qui jouent peu depuis le début de saison qui seraient alignés contre le Maccabi. Forcément, on se sent concerné.

 

Au moment de pénétrer sur le terrain avec cette célèbre musique, vous allez certainement repenser à votre parcours assez atypique...

Lamine Sané : C’est vrai que je vais avoir une petite pensée pour ça, mais comme m’ont dit les coaches, c’est du passé désormais. Je suis dans le présent et il faudra que je prouve ce que je sais faire sur le terrain.

 

Justement, pouvez-vous rappeler votre parcours ?

Lamine Sané : J’ai commencé très tôt à Artigues (ndlr : dans la banlieue bordelaise) avant de rejoindre Lormont en benjamin. J’ai rejoint le Stade Bordelais en moins de 13 ans, puis je suis revenu à Lormont quand j’avais 18 ans. Par la suite, je suis allé jouer au Cap d’Agde en CFA pour revenir, une nouvelle fois, à Lormont en Division d’Honneur. C’est là que Patrick Battiston et les Girondins m’ont fait signer un contrat amateur d’un an pour que je joue avec la réserve la saison dernière.

 

Vous signez un contrat amateur avec Bordeaux alors que Sochaux vous suivait de très près…

Lamine Sané : Oui, j’avais fait un essai qui s’était très bien passé avec Sochaux. J’aurais même dû signer mon premier contrat professionnel là-bas, mais j’ai préféré rejoindre les Girondins et puis l’été dernier je suis passé pro ici.

 

Laurent Blanc a toujours semblé vous accorder une grande confiance…

Lamine Sané : C’est vrai, je sens qu’il me fait confiance et moi aussi je lui fais entièrement confiance d’ailleurs. C’est lui qui m’a sorti du centre de formation. C’est pour ça que je ne suis pas trop pressé non plus et que j’attends le bon moment pour m’exprimer dans les meilleures conditions possibles.

 

La pression sera-t-elle au rendez-vous mardi ?

Lamine Sané : C’est un match de Ligue des Champions quand même, c’est quelque chose de grand qui n’est pas donné à toutes les équipes et à tous les joueurs. C’est quelque chose de fort, c’est une récompense pour nous les jeunes en quelque sorte, on ne pouvait pas rêver mieux. Il y aura forcément une petite pression, mais bon, une fois que je serai dans le match, je ferai abstraction de tout ça.

 

Quels objectifs personnels vous fixez-vous pour cette saison ?

Lamine Sané : D’avoir le plus de temps de jeu possible. Je fais confiance au coach s’il ne m’a pas aligné avant, c’est qu’il avait raison. J’attends qu’il me fasse jouer au bon moment.

 

source : http://www.sport24.com/football/ligue-des-champions/actualites/quelque-chose-de-grand-321239/

Share this post


Link to post
Share on other sites

L.Sané : « Il y a trois ans, j’étais en DH »

 

19 décembre 2009

 

Lamine Sané, illustre inconnu de 22 ans, l’est de moins en moins. Grâce à Laurent Blanc, et à ses qualités, ce pur produit de la formation à la bordelaise enchaîne les matches à haut niveau, et brigue une place de titulaire en défense centrale. Propulsé du monde amateur à la C1, il paraît qu’il s’est même payé le luxe de refuser l’an passé une proposition de Sochaux, pour jouer dans son club de cœur…

 

Avant toute chose, on dit comment : Lamine ou Ludovic ?

« C’est Ludovic Lamine ! C’est Ludovic en premier, mais comme les gens ont l’habitude de m’appeler Lamine, c’est donc Lamine. Ils ont à peu près compris, et je préfère !

 

Tu connais une période faste actuellement, comment la vis-tu ?

C’est vrai… J’essaie de remplacer « Mika » (Michaël Ciani) de la meilleure des façons, et de prouver au coach que moi aussi je peux jouer en Ligue 1, et que je peux avoir ma place au sein du groupe.

 

Cela te met-il une pression particulière ?

Je n’ai pas d’appréhension, j’essaie juste de faire mes matches, et ça va dans le bon sens. Je me remets en question tous les jours et je n’oublie pas qu’il y a trois ans j’étais en DH à Lormont (un quartier de Bordeaux). J’ai fait un grand pas dans ma carrière, avec un match en Ligue des Champions, et deux en Ligue 1, donc c’est quelque chose d’assez exceptionnel. Je suis content, parce que c’est un objectif que je m’étais fixé quand j’étais jeune. Un rêve. Après, j’ai eu la chance de pouvoir intégrer une équipe professionnelle.

 

Est-il facile de rester les pieds sur terre ?

Tout cela ne risque pas de me faire gonfler la tête, et mon entourage est là pour me rappeler tous les jours d’où je viens. Les coaches y veillent aussi. Je reste moi-même et je ne prends pas la grosse tête. Pour moi, jouer à Bordeaux, c’est un honneur et que du bonheur. Et mes parents sont fiers de moi quand ils me voient à la télé, alors j’essaie de faire du bon travail !

 

Laurent Blanc a dit que tu avais confirmé les attentes, mais que le plus dur allait commencer pour toi…

Il a voulu dire, en voyant certains journaux, que je n’étais pas encore arrivé. Et bien sûr que je n’y suis pas, et que c’est tout le contraire ! Ce n’est que le début, je garde une marge de progression, et je dois travailler de jour en jour.

 

Justement, sur quels points précis dois-tu travailler ?

Pour moi, la plus grosse difficulté à ce niveau, c’est la concentration, parce que sur une erreur ou un mauvais jugement de trajectoire, ça peut se terminer en but. J’essaie de faire le moins de faute possibles, aussi. Mais on me donne beaucoup de conseils. Marc (Planus), notamment est là pour me guider dans mon placement, dans la mesure où je n’ai pas eu de formation. Il y a une grande solidarité, et que ce soit Alou Diarra ou le coach, tout le monde nous parle. Ces deux joueurs sont de grands exemples pour moi. Je les admire beaucoup et ils m’inspirent pour l’avenir.

 

Tu sens que l’on te fait pleinement confiance à présent…

A Lyon (suite à la blessure de Ciani à l’échauffement), le coach n’a pas hésité une seconde à me mettre sur le terrain. Alors, j’ai pris conscience qu’il comptait sur moi, même si j’ai un peu gambergé ! Et « Mika », qui me considère un peu comme son poulain, m’a dit que c’était bien et qu’il était fier de moi.

 

Et Lisandro Lopez, que l’on a peu vu ?

Comme les autres, il m’a dit que j’avais bien joué !

 

Cela a-t-il été l’échauffement le plus long de ta carrière ?

Non, ça a été le plus court ! Je chauffais Cédric Carrasso, et le coach est venu me voir pour me dire de bien me préparer…

 

Tu as joué dans l’axe à Haïfa, Lyon et Montpellier, mais face au Bayern, tu es entré sur un côté. Quel est ton poste de prédilection ?

Je me sens bien en latéral, mais mon poste, c’est défenseur central.

 

Face à Lorient, tu risques de jouer de nouveau. Comment vois-tu ce match ?

Nous sommes à domicile, donc il est impératif de prendre les trois points. Essayons de faire un bon match…

 

Quels sont désormais tes objectifs ?

C’est d’avoir le maximum de temps de jeu en championnat. Il y a une hiérarchie, je la respecte, c’est normal. Mais maintenant, je fais partie du groupe et même si je dois redescendre en CFA, le ferai. Je ne me pose pas de questions. »

 

Laurent Brun

 

source : http://www.sofoot.com/l-san-il-y-a-trois-ans-j-tais-en-dh-120195-article.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

Jeudi 07 Janvier 2010

--------------------------------------------------------------------------------

FOOTBALL. Révélation du mois de décembre, Lamine Sané, le défenseur formé à Lormont, vient d'entrer dans une nouvelle vie. Confidences

 

Lamine réjoui

 

6969e7299a.jpg

 

 

«Quand je suis rentré sur le terrain, le 3 novembre à Munich, j'ai pensé que tous les téléspectateurs allaient se dire : mais qui c'est, ce Sané ? » C'est une bonne question. Lamine Sané est-il cet enfant venu de Sainte-Livrade qui, au pied des tours de Lormont, se définissait « d'abord comme Lot-et-Garonnais » ? Ou ce néo-pro des Girondins aujourd'hui « fier de représenter Lormont et la rive droite » parmi les Bordelais de l'autre rive ?

 

Est-il ce « grand supporter de l'équipe de France » et de ses coéquipiers Carrasso, Gourcuff et Diarra ? Ou est-il plutôt ce fils d'immigré sénégalais qui, à 15 ans, fêtait la victoire (1-0) de son pays d'origine sur les Bleus de Roger Lemerre en 2002 (« C'est le pays, désolé... », dit-il en portant la main au coeur) ?

 

De la DH à la Ligue 1

 

Lamine Sané est un peu tout ça, et pas mal d'autres choses encore, dans le dédale intime de ses appartenances. Il est surtout, sur le terrain, « la » révélation girondine de l'hiver en défense centrale. Et, dans son parcours de footballeur, le rescapé d'un drôle de voyage, qui l'a vu rêver de foot, puis renoncer, puis se relancer en repassant, par deux fois, par la case Lormont.

 

« Qu'on me donne un autre exemple de joueur passé en deux ans de la Division Honneur à la meilleure équipe de Ligue 1 ! », résume Fabien Pujo, qui fut son entraîneur à Lormont. « C'est Fabien qui est venu me chercher quand j'avais décidé d'arrêter le foot, raconte Lamine Sané. Il m'a dit que je n'avais pas le droit de faire ça. Il y a eu des parcours pires que le mien, mais j'ai enduré des choses qui font que mon approche aujourd'hui est différente. »

 

Son père est ouvrier chez Lu, à Cestas, sa mère « dame de ménage dans un centre pour jeunes ». Lui dit avoir été « à peu près un bon élève » jusqu'à son entrée en « 4e foot ». « Après, je ne pensais plus qu'à ça. J'ai fait un BEP de climatisation, mais je ne voulais pas faire ça... Je faisais croire à ma mère que je cherchais du travail, mais je ne le faisais pas : je voulais devenir footballeur. Aujourd'hui, elle est fière de moi. Mais rien n'a été évident », raconte ce musulman qui « remercie Dieu chaque matin » et dit combien la foi « le rapproche » de ses coéquipiers catholiques sud-américains.

 

Le titre sans jouer

 

Sans passer par un centre de formation de club pro, ce défenseur vif, athlétique, habile relanceur et « doté d'un excellent pied droit » selon Fabien Pujo, a été repéré par le FC Sochaux-Montbéliard en 2008. Après trois allers-retours Gironde-Doubs, on lui a proposé un contrat pro. Mais il a préféré signer un contrat amateur avec Bordeaux. « Tout le monde n'aurait pas fait ça. Mais j'ai deux clubs dans mon coeur : Liverpool et les Girondins. Ici, j'ai ma famille, mes amis, ils sont là dans les moments difficiles ».

 

Parce qu'il n'y a pas qu'à Liverpool que « Tu ne marcheras jamais seul » (« You'll never walk alone »), l'ancien poussin qui sautait de joie en voyant Dugarry en visite à Lormont est devenu à son tour une star dans sa ville, après trois matches réussis en Ligue 1 en décembre. « La rive droite ne parle plus que de lui et de la façon dont il a joué devant le Lyonnais Lisandro Lopez ! », raconte son petit frère, Salif, 19 ans.

 

Ni l'argent de son premier contrat pro, signé en septembre, ni la notoriété que lui ont apporté ses prestations télévisées n'ont changé Lamine Sané. Son ami et ancien coach Fabien Pujo glisse : « Il n'a plus sa Twingo, mais il est resté humble. Je lui dis souvent que le plus dur reste à faire et il le comprend très bien. Il a gardé les pieds sur terre. »

 

Auteur : nicolas espitalier

 

source : http://www.sudouest.com/accueil/sports/football/article/827866/mil/5562043.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai trouvé Sané très bon hier soir.

 

Petite statistique sympa: Sané a joué 11 matches, pour un total de 10 victoires et 1 nul.

Il n'a jamais connu la défaite avec l'équipe première.

Share this post


Link to post
Share on other sites

sané est l'etoile montante des gigis,

ce garcon progresse de match en match, malgré les différents postes qui lui sont imposés

là , on tient un tout bon , ne lui faisons pas brûler les etapes, essayons de le protéger des sirénes!

il va faire trés mal dans quelques temps vu son niveau de progression , en plus il a le physique pour lui! et semble etre aussi solide mentalement......

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'espère que FootMercato n'est pas une source interdite pour les interviews... :D

 

Entretien avec... Lamine Sané : « L’envie de tout exploser »

 

15/02/2010 - 18 h 57

 

Il est sans contestation possible l'une des bonnes surprises de la saison du côté de Bordeaux. Lancé dans le grand bain cette année par Laurent Blanc, Lamine Sané est en train de prendre progressivement ses marques au sein d'un effectif champion de France. Si un joueur tel que Mickaël Ciani a su pallier le départ de Souleymane Diawara, l'éclosion du jeune Sané a sans doute permis aux Marine-et-Blanc de ne plus se faire trop de soucis quant à l'avenir de leur arrière-garde. Défenseur doté d'un gabarit impressionnant (1,97m, 77 kg), ce joueur âgé de 22 ans revient pour FootMercato sur son début de parcours en professionnel.

 

 

 

FootMercato : Après plus de six mois passés en équipe première, quel bilan tirez-vous ?

 

Lamine Sané : Au début, je ne m’attendais pas à avoir autant de temps de jeu. Mon intégration a été facilitée par les joueurs qui m’ont accueilli. Le coach a également fait tout son possible pour que je me sente à l’aise. Donc de mon côté j’ai tout fait pour entrer rapidement dans le bain et acquérir pas mal de choses. Le coach m’a fait confiance, donc la moindre des choses c’était de lui rendre la monnaie de sa pièce.

 

 

FM : Racontez-nous votre parcours.

 

LS : Je viens de Lormont, qui est un club pas très loin de Bordeaux. J’ai fait la majeure partie de ma formation là-bas ainsi qu’au Stade Bordelais. Après je suis parti un an au Cap d’Agde avant de revenir à Lormont. C’est alors que j’ai intégré les Girondins

 

 

FM : Qui vous a porté sous son aile pour permettre votre éclosion ?

 

LS : J’ai passé un an en CFA pour que je me mette au diapason. Là-bas coach Battiston s’est sacrifié pour que je revoie toutes les bases du football pour que je sois bien. Après c’est en faisant des matches amicaux et en travaillant dur à l’entraînement que j’ai pu progresser. Maintenant en équipe première je suis très proche de Marouane Chamakh, Alou Diarra, Yoan Gouffran et Henri Saivet.

 

 

FM : Vous attendiez-vous à monter aussi vite en grade ?

 

LS : Au début, je n’attendais pas autant de la part du coach et de l’équipe. Mais au vu de l’importance qu’ils m’ont donnée au sein de l’équipe, j’ai pris confiance. Et comme tout s’est très bien passé lors de mon premier match contre le Bayern, ça m’a donné envie de tout exploser.

 

 

FM : Votre coach a été une référence mondiale au poste de défenseur, vous a-t-il donné quelques conseils ?

 

LS : Il me conseille notamment en ce qui concerne mon placement étant donné que je n’ai pas eu de formation.

 

 

FM : Avez-vous pensé qu’avec le départ de Souleymane Diawara vous auriez votre chance chez les pros ?

 

LS : Honnêtement quand il est parti je ne pensais pas le remplacer. C’est quelqu’un d’irremplaçable chez les Girondins vu ce qu’il a fait, même si un joueur comme Ciani a bien pris le relais. Moi je me suis dit que je faisais simplement partie des quatre défenseurs centraux et que c’était à moi de gagner ma place.

 

 

FM : Comment l’équipe a-t-elle réagi face à la récente série de mauvais résultats ?

 

LS : Ce fut une déception. On a traversé une période compliquée, mais on doit relever la tête pour ne pas tomber dans une mauvaise spirale (entretien réalisé avant le match Bordeaux – ASSE, Ndlr). Notre entraîneur nous a rassurés en nous rappelant que l’on avait réussi à le faire l’année dernière. Mais le groupe ne doute jamais. On reste unis, après c’est sûr que l’on ne peut pas gagner tous les matches. Là le problème c’est que c’est arrivé deux fois de suite (contre Rennes et Monaco, Ndlr), mais il n’y a pas péril en la demeure.

 

->Matthieu Margueritte

Share this post


Link to post
Share on other sites

Perso je crois beaucoup en ce garçon il a tout pour réussir ......et même en 6 il a des grades qualités...

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est vrai que ce garcon a tout deja: le gabarit, le physique, c'est en plus un battant, il apprend vite, polyvalent, il semble avoir la tête sur les épaules , tout pour faire au gigis un grand joueur!

il ne faut pas qu'il brûle les étapes! lolo sera si tout va bien le guider , lui faire passer un autre palier, c'est de la grain de champion!

là , on tient un tout bon , ne le gachons pas en voulant aller trop vite, laissons le mûrir ... et surtout laissons le respirer!

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est pas non plus une foudre de guerre pour le moment!

Mais bon en bossant c'est certain qu'il va devenir bon! Perso il me fait penser a lamine diatta

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il a été très bon hier, avec Wendel le seul bon joueur sur le terrain ...

Qu'il continue à progresser, il deviendra grand !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×